Xavier Bertrand à Courthézon : « Je veux mettre en place une République des territoires »

Après Éric Ciotti et Valérie Pécresse en début de semaine en Vaucluse, place aux envolées sonores du candidat (finalement) LR Xavier Bertrand.

« Le seul qui peut battre Emmanuel Macron, il est en face de vous et vous parle en ce moment même », retorque Xavier Bertrand à un membre de l’auditoire le questionnant sur sa réaction en cas de défaite à la présidentielle. Joute verbale frisant le comique à la salle polyvalente de Courthézon. Dans le public, l’homme à la barbe blanche ponctuera : « vous n’avez pas besoin de hurler, je suis d’accord avec toutes vos propositions ! » Ou l’art de la communication.

Souhaitant mettre fin au « purgatoire vécu tous les jours à l’Assemblée nationale », le député et président de la Fédération LR du Vaucluse, Julien Aubert, multiplie les invitations des ténors LR à fouler les terres provençales. Après Lourmarin, l’opération est réitérée ce samedi 30 octobre devant un parterre d’une soixantaine de sympathisants, militants ou simples curieux. Une dame nous glissera à l’oreille une remarque pour le moins éclairante : « dites donc, il n’y a pas beaucoup de jeunes ici… » Un simple tour d’horizon donnera raison à son œil avisé.

En cette matinée de grisaille jalonnée d’averses, Courthézon semblait être ‘the place to be’ pour la famille gaulliste. De nombreux élus locaux opinent du chef ou laissent échapper un sourire en direction de l’orateur : Thierry Lagneau (maire de Sorgues), Alain Dufaut (ancien sénateur), Dominique Santoni (présidente du Conseil départemental de Vaucluse), Jean-Baptiste Blanc (sénateur), suivis par de nombreux autres maires, conseillers départementaux et régionaux.

Crédit photo: Linda Mansouri

Opération séduction pour le président de la Région Hauts-de-France. Le voilà balayant le spectre large de ces propositions : sécurité, politique migratoire, nucléaire, travail, autonomie des élus locaux. Le cheval de bataille est trouvé : parler aux travailleurs moyens, cette « classe oubliée qui forme le cœur battant de l’économie. » Thierry Lagneau soutiendra en préambule : « dans cette situation de crise, nous avons besoin d’une personnalité forte […]. J’ai fait le choix de l’accompagner, il est le seul en mesure de faire gagner la droite républicaine avec une vraie vision pour notre pays ». Gagner, voilà le graal qui nourrit la croisade de l’ancien ministre du gouvernement Fillon. Gare à ceux qui pronostiqueraient une défaite amère : « Si je fais tout ça, c’est pour la gagner cette présidentielle. Je n’ai pas la tête d’un finaliste ! »

LR, pas LR, finalement LR ?

Le feuilleton s’est éternisé, au gré des interventions médiatiques ou des bruits de couloir. C’est finalement avec la « manufacture LR » que Xavier Bertrand fera la course à l’Elysée. Le congrès du 4 décembre prochain ? « Le seul choix possible pour rassembler tous les Français », déclare celui qui soutient être « un vrai candidat de droite, fidèle à ses valeurs et ses idées » et qui entend bien « redresser le pays, apaiser les Français, redonner confiance et fierté. »

Après avoir fait cavalier seul un temps, Xavier Bertrand a changé de fusil d’épaule. Il insiste, il n’a toutefois pas voulu « créer de nouveau parti ». Nous parlerons plutôt de « laboratoire d’idées » permettant de « façonner le projet » présenté aujourd’hui. Après le 4 décembre, place donc à une course collective. A ceux qui attendent des tirs d’armes et autres bras de fer musclés sur les plateaux TV, Xavier Bertrand désamorce : « Ce ne sera pas la foire d’empoigne, nous n’avons pas le droit de nous diviser. » Ce dernier a ainsi tenu à ce que quatre débats soient organisés pour pouvoir in fine « fermer définitivement la parenthèse Macron ».

« Si nous ne sommes pas au second tour, nous disparaîtrons. »

Très vite, les partis de l’échiquier politique ont les oreilles qui sifflent. A grand renfort de métaphores mortifères, les « vautours et les fossoyeurs » en prennent pour leur grade. Le pion du nom de loyauté est avancé : « A aucun moment je n’ai trahi ma famille politique pour rejoindre les rives de la ‘macronie’, je sais qui je suis, je connais mes principes. » La France de Macron ? « La France des premiers de cordée » là où le candidat LR entend être le « président de tout le monde. » Le parti à la rose perd aussi quelques épines : « les socialistes ont oublié que le rôle de la politique est de changer la vie des gens. »

L’extrême droite ne sera pas exempte de quelques tirs francs si l’on en croit leurs « sales méthodes d’intimidation et de diffamation. » Prenant l’exemple de la jungle de Calais finalement démantelée après une longue bataille, Xavier Bertrand pointe l’immobilisme du Rassemblement national : « Ils sont incapables de résoudre les problèmes. Ils profitent du malheur des gens. Allez demander à quelqu’un de scier la branche sur laquelle il est assis, jamais il ne le fera. » Et de conclure : « Si nous ne sommes pas au second tour, nous disparaîtrons. Si LR disparaissent, qui parlera de la grandeur de cette nation qu’est la France ? »

Question posée sur la valorisation des filières d’apprentissage. Crédit photo: Linda Mansouri

Fervent défenseur de l’atome, Xavier Bertrand tranchera laconiquement, regard complice avec Julien Aubert. « Je vais être très clair avec vous, si je suis président de la République, vous aurez un président de la République pro nucléaire », refus net et frontal d’abaisser la part du nucléaire à 50% comme c’est le cas aujourd’hui. « Jamais les satanées éoliennes ne remplaceront ce que peuvent produire les centrales nucléaires dans notre pays », poursuit-il. Question ruralité, le candidat en fera son combat pour redonner ses lettres de noblesse à l’agriculture et la viticulture qui reflètent la « qualité de ce que l’on boit et mange, des emplois, mais aussi la France et son indépendance. »

« Jamais les satanées éoliennes ne remplaceront ce que peuvent produire les centrales nucléaires dans notre pays. »

Au chapitre travail, comment sortir des 35h « sans drame » ni insurrection ? Avec un principe de « gagnant-gagnant » selon l’ancien ministre du Travail. Sur la table, cette proposition : au-delà des 35h, pas d’impôt ni de charges. Pour le chef d’entreprise, une exonération de charge de 2 euros par heure, au-delà des 35 heures. « La France oublie les classes moyennes et les catégories populaires qui travaillent. »

Voilà qu’il lâche le micro sur le pupitre, arbore sa plus belle voix de stentor et s’engage dans un ballet gestuel. Objectif ? Matérialiser l’injustice subie par la classe moyenne dont les revenus égalent ceux qui ne travaillent pas. La proposition s’en suit, celui qui travaille et perçoit jusqu’à 2000 net par mois dans un premier temps, bénéficiera d’une prime au travail. « Quelqu’un qui travaille à temps complet ne recevra pas moins de 1500 euros net par mois. Cette prime au travail remplacera et dépassera largement la prime d’activité », propose le cadre LR.

« Qu’on nous fiche la paix, qu’on laisse les élus décider et respirer. »

La République des territoires ? Une proposition qui entend mettre fin à « la confusion des rôles et des problèmes de gouvernance » en France. » Et d’abonder : « que l’Etat s’occupe à nouveau de ce qui est régalien : sécurité, justice, défense, diplomatie, politique migratoire. Mais pour la vie quotidienne, qu’on nous fiche la paix, qu’on laisse les élus décider et respirer. » Chacun son métier et les vaches seront bien gardées. Pour autant, pas d’ode à l’indépendance. Mais d’avantage de liberté, d’autonomie et de responsabilité pour les collectivités. « On est obligé de négocier avec une ARS pour ouvrir une maison de santé ! », fustigera le candidat en tablant sur les dépenses d’investissement (santé, ferroviaire, etc.) pour préparer l’avenir des territoires.

« Pourquoi vous m’enlevez le micro, il ne m’a pas encore répondu ! » soutiendra mordicus le sympathisant. Crédit photo: Linda Mansouri

Question politique migratoire, les propositions épousent la doctrine fidèle aux Républicains, jusqu’à Michel Barnier, ancien commissaire européen et négociateur du Brexit, qui propose un retour à une « souveraineté juridique » des États européens en matière d’immigration. En cas d’élection, Xavier Bertrand proposera aux Français de se prononcer dès l’automne 2022 sur une politique de quota migratoire en France. « Nous déterminerons qui nous avons besoin d’accueillir, pour quel type de métier, combien de temps et en provenance de quel pays », tonne le président de Région.

« Quelqu’un qui travaille à temps complet ne recevra pas mois de 1500 euros net par mois. »

Terminons ces quelques lignes par un sujet, ô combien épineux, dans le sillage des tirs d’arme à feu Cavaillon : la sécurité. Au programme donc, une peine minimale obligatoire d’un an, sans aucun laxisme, pour « tous ceux qui s’en prennent à nos policiers, nos gendarmes, nos pompiers, nos maires. » Une mesure qui entend mettre fin à « l’impunité et l’insécurité qui gangrène notre pays. » Toutes ces propositions permettront-elles au candidat de tirer son épingle du jeu lors du congrès LR ? La fièvre sondagière se réserve, quant à elle, le privilège de faire la musique du débat démocratique.

Article initialement publié sur le média L’Echo du mardi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s